Des souillures

(La prière, sans ablutions rituelles, n’est pas agréée...) Hadîth

Il sera fait cas dans ce chapitre de la purification du corps. Il n’en reste pas moins, comme l’indique la tradition, que Dieu ordonne impérativement aussi bien cette dernière que la purification du cœur, car toutes les deux relèvent de la religion. Il cite, à cet effet, les versets suivants:
* «Dieu n’entend vous imposer aucune gêne; Il veut cependant vous purifier et parachever Ses bienfaits envers vous afin que vous soyiez reconnaissants.» (Coran, 5/6)
* «Dieu aime ceux qui se repentent et ceux qui se purifient.» (Coran, 2/222)
* «Prélève sur leur fortune une aumône: tu les purifieras ainsi et tu augmenteras (leurs mérites et leurs bien)». (Coran, 9/103)
* «Ô Envoyé, ne t’affliges pas de cet acharnement dans l’infidélité au sujet de ceux qui disent croire verbalement mais sans croire du cœur». (Coran, 5/41)
* «Dieu ne veut qu’écarter de vous la souillure, ô gens de la maison (ahl al bayt), et vous garder entièrement purs.» (Coran, 33/33)
 Nous observons, dit Ibn Taymiyya, beaucoup d’hommes versés dans la religion et pieux. Pourtant, ils ne voient la purification qu’à travers celle du corps et n’attachent alors pas d’importance à celle du cœur. Alors que les soufis se préoccupent également de la purification du cœur sans renoncer à celle du corps.
 Les premiers sont si hantés par la purification du corps qu’ils abusent de l’usage de l’eau et nettoient même ce qui n’est pas impur. Ils ne font pas alors d’effort pour se débarrasser de la rancune et de la haine qui rongent leur cœur.
Les seconds redoublent d’effort dans leurs pratiques de purification du for intérieur sans négliger la purification du corps selon les obligations de la charia et sans exagération obsessionnel.
Telle est l’harmonie voulue par l’islam.

Des souillures | Des causes d'annulation des ablutions  | L'usage de l'eau | Des impuretés et de leur purification